Numérique : 40 contributeurs à la journée Associations Connectées

« Des ressources numériques ? Il y en a à la pelle. Le plus dur c’est de trouver la motivation dans nos structures. » La question de la vie associative est revenue dans le débat sur les usages numériques lors de la journée Associations connectées, organisée le 16 novembre dernier par le DLA Creuse, le  CRIB et le Réseau creusois des Tiers lieux, avec l’intervention de l’ARACT, HelloAsso, le Mouvement sportif, la CRESS, Hiéro, le Gang, Conte en Creuse. Une journée dominée par trois approches : l’outillage, le pair-à-pair, l’état des lieux des pratiques et de leur impacts. Une journée suivie sur la page interactive Association connectées 23.

46414667_552194445193006_6553176828683485184_n

Merci à la Quincaillerie Numérique pour son accueil !

Les 40 participants se sont vite retrouvés contributeurs à cette journée, en élaborant d’abord une cartographie des usages numériques, animée par Mathilde Houzé.

Premier constat : les outils numériques sont bien présents dans la vie associative, par nécessité (être présent sur la toile, faire une demande de financement en ligne), par choix (partager l’info), bien souvent sans approche d’ensemble.

Une première evaluation partagée des impacts a permis de soulever certains enjeux communs :

  • L’usage d’outils numériques dans la communication interne abouti à des questions… de vie associative : « Il faut se poser la question des rôles respectifs (bénévoles, salariés). Et, de là, savoir comment on veut communiquer entre nous. » Une piste qui suggère d’intégrer dans les us et coutumes de la vie associative (vie statutaire, implication des bénévoles) les pratiques collaboratives expérimentées dans le monde de la recherche, ou du numérique (voir Coopération, nouvelles approches, de Jean Michel Cornu).
  • « Flux d’info : Comment éviter la noyade ? » : Deuxième constat partagé lors de cette journée, il pourrait être le titre tout trouvé d’une formation ou d’un échange de pratiques.
  • « On prend les outils qui existent ». Pour renverser cette tendance, la dernière série de questions posées par le groupe peut se prendre comme un petit manuel de réappropriation : « Comment définir des outils :
    - adaptés aux pratiques numériques des personnes mobilisées (appétence, disponibilité)
    - articulés entre eux
    - évolutifs, s’ils ne sont plus adaptés aux usages et besoins, et éthiques, car on invite les bénévoles à les mobiliser. »
46456456_552064665205984_1030401351965736960_n

Atelier cartographie et impact – animé par Maxime, de Ctrl-A

46485539_553718261707291_8912181156380672000_o

Gaelle (Conte en Creuse) en échange de pratiques sur la gestion d’adhésions – billeterie en ligne – dons

Le temps des Ateliers a été le moment de décortiquer certains outils, d’aborder leur prise en main et leur intérêt. Un outil de compta en ligne, présenté par le CDOS;  un outil de gestion d’équipe et de locaux (Appicoach); le témoignage de Conte en Creuse qui utilise HelloAsso pour gérer les réglements d’adhésions, billetterie, dons, avec une intervention de HelloAsso et d’Aliso sur le financement participatif ; la Quincaillerie numérique a présenté comment utiliser Facebook quand on est une association, la Palette a présenté les avantages du logiciel graphique Canvas.

L’apport de l’ARACT (Isabelle Dudognon) sur la pratique du travail à distance (conditions réglementaires, impact sur la qualité de vie au travail) a permis d’ouvrir un apport de témoignages croisés sur l’usage d’outils collaboratifs : la Cress Nouvelle Aquitaine, le GANG (Groupement d’animation des nuits guérétoises) et le Réseau des indépendants de la musique ont pu aborder leur pratiques, abordant en particulier la question de la prise de décision à distance dans la vie statutaire ! Voir ici l’article présentant ces « trois destins liés à des outils virtuels qui questionnent tant dans leur choix que dans leur prise en main et l’utilisation par tous. »

En fin de journée, certaines associations sont reparties en ayant repéré les lieux ressources sur le territoire, à commencer par la page interactive Association connectées 23, le programme de formations et de prise en main proposé prochainement par le Réseau Tela, le Centre de ressources et d’information des bénévoles et le DLA portés par le Réseau ALISO.

Elles sont reparties aussi avec des intentions : « il nous faut faire un état des lieux d’ensemble dans notre organisation (17 salariés), sans se poser de limites.  » L’important est aussi « d’identifier le temps (et le budget !) nécessaires à la mise en place de pratiques numériques adaptées ». « Ce n’est plus un travail à la marge, mais comment le valoriser ? » Un temps de travail qui relève plus de la communication ? de la vie associative ? Pour certains, c’est un sujet qui touche au renouvellement du bénévolat car il s’agit « d’aller chercher les jeunes bénévoles, de leur donner un espace de contribution ».

 

 

asso-connectees-2-400 Mo-16nov2018